Blog

Le processus de recyclage des déchets électroniques

Au fil du temps, la quantité de déchets dans le monde augmente de façon préoccupante. Dans cette problématique, il faut encore s’attarder sur certains éléments comme les déchets électroniques qui peuvent avoir un impact plus grand. Le devenir des objets électroniques au terme de leur cycle d’utilisation devrait préoccuper tous les états.

Les mécanismes de gestion des déchets électroniques sont au cœur de nombreux débats environnementaux. Les enjeux des mesures à prendre sont considérables notamment en raison de la portée écologique de ces détritus. Focus sur le processus de recyclage des déchets électroniques !

Pourquoi les appareils électriques ne doivent-ils pas être jetés dans la poubelle ?

De nombreuses organisations environnementales mettent les usagers en garde sur l’impact des déchets électroniques sur l’environnement et la santé. Les appareils électriques ne doivent pas être jetés à la poubelle. Il est d’autant plus important d’éviter ce geste avec les batteries et les piles.

Pour cause, ils sont constitués de métaux lourds comme le nickel, le plomb ou le zinc. Ces derniers sont extrêmement polluants et persistants. Aussi, ce sont des métaux rares et difficiles à trouver. Jetés à la poubelle, il devient complexe de les recycler pour une nouvelle utilisation.

Par exemple, le nickel peut être réutilisé dans la fabrication de couverts ou de casseroles. Le zinc sert au mieux pour les toitures et le plomb permet d’avoir de nouvelles batteries. On peut recycler toutes les batteries et piles à l’exception de ceux utilisés dans les voitures.

Il n’y a aucune excuse pour ne pas recycler les batteries issues de téléphones, d’ordinateurs portables, de montres, etc. Pour ce faire, il faut généralement se rendre dans un point de collecte des déchets électroniques. Vous pourriez déposer votre batterie dans :

  • le commerce où il a été acheté ;
  • les conteneurs pour recyclage situés dans les grandes surfaces ;
  • les mairies et administrations ;
  • les déchetteries ;
  • les lieux publics qui disposent de bornes de collecte. (Renseignez vous sur le site de votre ville)

Les points de collecte sont installés à tous les coins de rue. Il est possible de se référer à des organismes spécialisés qui recyclent les batteries conformément à la législation.

Comment fonctionne le recyclage ?

Depuis novembre 2006, le recyclage informatique et le recyclage électronique doivent passer par deux étapes : la collecte et le transport vers des sites de traitement.

Les composants d’écrans et les téléphones portables

Au québec, 75 % des composants des écrans sont recyclables. Il s’agit notamment du tube cathodique, de la carte électronique et de la coque plastique. Ils sont séparés manuellement. La bande anti-implosion est découpée avant que les poudres électroluminescentes ne soient absorbées. Les verres au baryum et au plomb sont retirés.

Pour ce qui est des téléphones portables, une fois collectés, ils subissent un test de fonctionnement. S’ils sont toujours en état, ils sont remis en circulation dans des réseaux solidaires. Autrement, ils sont démontés et les éléments recyclables sont collectés.

Les appareils électroménagers

Les électroménagers sont très sensibles. Ils représentent également une part colossale des déchets d’équipement électrique et électronique (DEEE). Pour les recycler, il faut d’abord s’assurer qu’ils sont réutilisables. Alors, ils sont triés en différents groupes.

Les câbles moteurs et les condensateurs sont retirés de façon manuelle. Les potentiels fluides réfrigérants sont extraits. L’appareil photo est broyé et décomposé en de petits morceaux. Les gaz à effet de serre sont quant à eux aspirés.

Le recyclage de déchets électroniques tient compte de bien d’autres spécificités. Clairement, il doit être confié à de véritables spécialistes.

Qu’est-ce qui est difficile ou presque impossible à recycler ?

Parmi les DEEE, les éléments plus difficiles à recycler sont les appareils électroniques. Ils sont composés de métaux lourds comme l’or et le cuivre et de produits chimiques. Le mercure et le plomb notamment sont extrêmement dangereux pour la santé. Il est particulièrement difficile de gérer leur recyclage et leur entrepôt sur des sites d’enfouissement.

Toutefois, il est possible de recycler ses déchets électroniques qualifiés de « bombes à retardement ». Plus important, il est possible de les recycler en toute sécurité et de façon durable. Les appareils électriques sont composés de plastiques utiles à la fabrication de nouveaux produits.

Idéalement, pour les recycler, il faut d’abord se demander si l’appareil est toujours fonctionnel. Si oui, il est conseillé d’en faire un don. S’il ne fonctionne plus, il faut faire recours à l’ARPE (association pour le recyclage des produits électroniques).

Comment le recyclage des déchets électroniques va-t-il évoluer à l’avenir ?

Les déchets électroniques s’accumulent à une vitesse de croisière. Il n’est pas étonnant que l’on s’interroge sur l’évolution de leur recyclage. Des dispositions sont continuellement prises par les organisations européennes et d’autres grands états comme la Chine, le Japon, le Canada, les États-Unis et l’Australie. On note deux grandes directives instaurées par les pays de l’Union européenne.

Il s’agit de la DEEE qui se rapporte aux déchets d’équipements électriques et électroniques d’une part et de la limitation de l’utilisation de certaines substances dangereuses dans les équipements électriques de l’autre. D’autres mesures sont pensées pour réduire la quantité de déchets électroniques et pour optimiser leur gestion. Des décisions efficaces et fermes doivent être prises.

0 Comments

Postez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.